Evangile du dimanche

Évangile (Jn 2, 1-11)

En ce temps-là, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples. Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux tu ? Mon heure n’est pas encore venue. » Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois mesures, (c’est-à-dire environ cent litres). Jésus dit à ceux qui servaient : « Remplissez d’eau les jarres. » Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent. Et celui-ci goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais ceux qui servaient le savaient bien, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas appelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. » Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Retour page bas Vallespir

12 réflexions au sujet de « Evangile du dimanche »

  1. H. : Marie a confiance en son fils bien qu’il lui réponde « Mon heure n’est pas encore venue », elle sait qu’il va aider ces hommes. Quand on veut prier Jésus, on passe par Marie à qui il ne peut rien refuser. Ce vin des noces fait penser au vin de l’eucharistie,le meilleur.

  2. M.T. : La multiplication du vin et du pain c’est le sang et le corps du Christ. Marie nous amène vers le Fils qui, à travers ce vin, son sang, nous amène dans notre chemin de noces, joie de la fête, de l’union de deux êtres, cheminement d’attention, d’amour, de tendresse , de soin, toute une vie avec au départ le chemin montré pour notre purification finale. Sainte Marie, je vous demande de m’aider à suivre ce chemin vers votre fils bien aimé.

  3. P. : Je suis fascinée par cette eau transformée en vin dans ces grandes jarres et que le Seigneur nous offre dans l’eucharistie, Il nous vide de notre eau pour nous remplir de vin. Ma prière est d’être une jarre remplie jusqu’au bord. Cet événement se passe le « troisième jour » dans l’évangile de Jean (pas dans les synoptiques), le chiffre trois est important (la Trinité).

  4. B. : « Or il n avait plus de vin, car le vin des noces était épuisé » cela me renvoie à ma sécheresse spirituelle, « la mère de Jésus y était. Jésus aussi… » voici un baume sur mon cœur.
    « Les servants » ont une place de choix « ils savaient,eux qui avaient puisé l’eau ».
    Seigneur, je veux Te suivre avec mes réticences, mes infidélités, me voici !

  5. C. : Je suis réjouie par la présence de Jésus et Marie à cette noce, Jésus aimait la fête. Marie s’adresse avec autorité aux servants car elle devait être proche des mariés, attentive à leur bien-être et à leur réputation. Comme le bon vin servi ici à la fin, c’est toujours le meilleur que Dieu donne !

  6. N. : Le vin, c’est la joie partagée, Dieu veut nous apporter la joie, c’est aussi le sang de l’eucharistie . « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » Marie nous invite à la confiance.

  7. D. : Dans les jarres inépuisables, j’ai vu le vin, Sa vie que Jésus donne pour l’humanité entière. En venant boire à Sa vie, savoir que nous aurons la vie en plénitude doit nous remplir de joie. Jésus semble réticent , mais Marie s’adresse au servants « tout ce qu’il vous dira, faites-le » ,nous aussi nous devons prier avec persévérance pour les autres.
    Je rends grâce pour la richesse que nous partageons et qui nous remplis.

  8. L. : Cette belle fête annonce l’heure de la Pâque. Partage, amour, générosité, confiance, la Parole du Seigneur donne à tout homme le bonheur de Le connaître.

  9. J. : Le signe des noces c’est le signe de l’Alliance de Jésus avec l’humanité, tout homme et femme mariés se donnent l’un à l’autre mais aussi à Dieu. Quand on a épuisé ce qui est humain, c’est à ce moment qu’il faut puiser ce que Dieu nous donne, au-delà de l’ivresse, c’est une autre étape, enlever ce qu’il y a d’humain pour entrer dans cette Alliance, le premier signe est aussi le dernier signe de l’Alliance avec Sa résurrection. Dieu a accepté cette Alliance avec nous, cela me bouleverse.
    « Il dansera pour toi, avec des cris de joie, ton Dieu est en toi, Alléluia, Alléluia, Alléluia ! »

  10. Joël : Je voudrais me trouver à la place des serviteurs, faire tout ce qu’il dira, être confiant, et m’étonner sans cesse de ce que Jésus fait pour chacun d’entre nous, pour le monde, et pour que la fête soit parfaite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *