Evangile du dimanche

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1,57-66.80.
Quand fut accompli le temps où Élisabeth devait enfanter, elle mit au monde un fils.
Ses voisins et sa famille apprirent que le Seigneur lui avait montré la grandeur de sa miséricorde, et ils se réjouissaient avec elle.  Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père.
Mais sa mère prit la parole et déclara : « Non, il s’appellera Jean. »  On lui dit : « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! »  On demandait par signes au père comment il voulait l’appeler.  Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Jean est son nom. » Et tout le monde en fut étonné.  À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu.
La crainte saisit alors tous les gens du voisinage et, dans toute la région montagneuse de Judée, on racontait tous ces événements.  Tous ceux qui les apprenaient les conservaient dans leur cœur et disaient : « Que sera donc cet enfant ? » En effet, la main du Seigneur était avec lui.  L’enfant grandissait et son esprit se fortifiait. Il alla vivre au désert jusqu’au jour où il se fit connaître à Israël.

    clic sur image

Retour page bas Vallespir

6 réflexions au sujet de « Evangile du dimanche »

  1. M.T. : «Avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais » (Jérémie 1). Rien n’est impossible à Dieu comme donner un enfant à un couple âgé, Zacharie retrouve la voix lorsqu’il accepte le don de Dieu. Soyons très attentifs , le Seigneur nous donne des grâces lorsque nous nous abandonnons à sa volonté. Tous les jours de ma vie garde-moi, Seigneur, un esprit d’amour, un esprit ouvert !

  2. H. : Analogie entre les quarante jours de Jésus au désert et le séjour de Jean Baptiste au désert avant sa vie publique, c’est au désert que l’Esprit forme, par des épreuves pour Jésus, par un enseignement pour Jean Baptiste. Aide-moi, Seigneur, à trouver ces moments de silence pour mieux t’écouter me parler !

  3. C. : « On racontait toutes ces choses.Tous ceux qui en entendirent parler les mirent dans leur cœur ». Le nom de Jean signifie « Dieu fait grâce » il indique la mission de Jean. Que moi aussi je garde dans mon cœur toutes les grâces reçues pour augmenter et fortifier ma foi !
    Notre mission à nous aussi c’est préparer les chemins au Seigneur.

  4. A.M. : « La crainte s’empara de tous leurs voisins », « Que sera donc cet enfant ? », nous nous interrogeons souvent sur l’avenir, mais heureusement « de fait, la main du Seigneur était avec lui » !

  5. N. : Il y a des ruptures : pas de Zacharie le nom du père selon la tradition mais Jean, et « il demeurait dans les déserts », ce sont des ruptures pour nous faire grandir dans la foi, j’en rends grâce au Seigneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *