Evangile du dimanche

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 6,30-34.

 

En ce temps-là, les Apôtres se réunirent auprès de Jésus, et lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné.
Il leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » De fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux, et l’on n’avait même pas le temps de manger.
Alors, ils partirent en barque pour un endroit désert, à l’écart.
Les gens les virent s’éloigner, et beaucoup comprirent leur intention. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux.
En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les enseigner longuement.

Retour page bas Vallespir

6 réflexions au sujet de « Evangile du dimanche »

  1. A.M. : Je suis touchée par la disponibilité de Jésus, sa patience, son écoute. Si nous avons la même foi que cette foule et la volonté d’aller à la rencontre du Seigneur nous serons comblés !

  2. A. : Comme les apôtres devant Jésus rendent compte de leurs actes et la foule que Jésus enseigne, à la fin des temps Jésus sera bienveillant et miséricordieux envers nous et aussi envers ceux qui ne l’auront pas encore connu.

  3. M.J. : Je suis touchée par la compassion de Jésus envers ces « brebis sans berger », il veut que chaque être humain aille à lui ou revienne à lui pour se ressourcer, c’est un vrai besoin car rien de ce que nous faisons ne peut porter du fruit si nous n’allons pas régulièrement à la source.

  4. Joël : Jésus a envoyé ses disciples en pleine confiance, ils ont « enseigné » , l’Esprit était déjà avec eux lorsqu’ils portaient la parole. Le désert où Jésus invite ses apôtres à se reposer c’est aussi l’image du sabbat où l’homme rencontre Dieu, le désert devient ainsi une source de vie à profusion puisque la foule arrive, le monde a soif de Dieu lorsqu’Il apparaît !

  5. L. : « En débarquant, il vit une foule nombreuse et il en eut pitié » lorsque nous sommes perdus « brebis sans berger » il veut nous « enseigner longuement » ,nous rendre l’espérance comme dans le chant « Si la mer se déchaîne…Il n’a pas dit que tu coulerais, il n’a pas dit que tu sombrerais, il a dit : « Allons de l’autre bord. ».

  6. N. : Je suis touchée par la sollicitude maternelle de Jésus pour ses apôtres et la foule, il prend soin des corps et des âmes, il est tout amour.
    « Venez à l’écart », dans ces moments où nous pouvons prier, nous avons le sentiment que dans Sa présence rien ne peut nous arriver, Dieu est notre seule paix, et ce ressourcement nous permet de repartir vers le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *